Conseils d'Experts

L’affutage : Tout savoir sur le syndrome général d’adaptation

Dans la perspective d’une compétition ou d’un test sportif majeur, il faut être prêt à performer à 100%. Cela passe par une récupération du même acabit, autant sur le plan mental que physique. Néanmoins, parvenir à cet état de forme optimal reste un art, c’est pourquoi le coach FizzUp vous présente aujourd’hui la notion “d’affutage” et de “rebond de forme”.

Qu’est-ce que l’affutage ?

Comme nous ne sommes pas des robots, nous ne pouvons pas nous entrainer tous les jours à 100% de nos capacités et progresser de façon linéaire. Il nous faut accumuler une certaine quantité de charge de travail pour ensuite la libérer sous la forme d’un rebond de forme pour être performant à 100% et éviter le surentrainement ou la stagnation.

L’affutage augmente considérablement vos chances de réussir ce rebond. C’est la période planifiée de récupération juste avant une compétition, à la fin d’un cycle d’entrainement, où vous cherchez à atteindre le meilleur niveau physique possible. L’objectif est de défaire l’organisme de la fatigue accumulée tout en évitant le développement d’un état de dés-entrainement. C’est l’application à grande échelle du principe du syndrome général d’adaptation.

affutage 3
Pour qu’une “super compensation” maximale se produise, vous devez vous pousser afin que votre niveau de forme physique diminue temporairement. La clé ici est de vous pousser à fond et cela sera récompensé si vous récupérez suffisamment et au bon moment (pas avant ou après la compétition).

La périodisation : planification du SGA

La périodisation est la conception d’un programme selon un objectif précis à atteindre (chiffré ou de compétition). Il faut chercher à optimiser au maximum le stimulus d’entrainement et gérer la récupération suivant la gestion du syndrome général d’adaptation (SGA).

Parce que le corps humain s’adapte rapidement à la contrainte imposée, une variation planifiée est essentielle pour éviter ou minimiser les périodes d’épuisement et pour maintenir un stimulus d’exercice efficace qui conduit à maximiser le potentiel athlétique.

affutage 2

Manipuler les variables d’un programme, en particulier le volume et l’intensité, permet aux adaptations physiologiques de se produire afin d’atteindre un état de forme maximale au bon moment (le jour de la compétition). D’autres variables peuvent être modifiées, par exemple, les intervalles de repos ou encore la sélection des exercices.

 

Le syndrome d’adaptation générale (SGA) comprend 3 phases de réponse au stress :

  • La phase initiale est la phase d’alarme qui consiste en un entrainement. Pendant cette phase, les performances vont diminuer. Les effets initiaux d’un entrainement sur l’athlète seront attendus tels que la fatigue ou les courbatures.
    La seconde phase est l’adaptation physiologique. Le corps s’adapte au nouveau stimulus d’entrainement. Une amélioration de la performance en découle. Une fois que le corps s’est adapté, aucune autre adaptation n’aura lieu à moins que le stimulus ne soit altéré. Si une récupération suffisante est autorisée, le corps peut s’adapter correctement pour induire un rebond de performance.
  • La troisième phase est l’épuisement, où les augmentations constantes du stimulus ne sont pas accompagnées de périodes de récupération appropriées. Le corps est incapable de s’adapter, et à moins que ce stimulus ne soit réduit, la stagnation s’installe ou le surentrainement se produit avec une baisse des performances et une augmentation du risque de blessure à la clé.

Pourquoi cette phase ?

Un aspect critique de la phase finale de préparation d’un athlète est de réduire le volume d’entrainement pour que son corps puisse récupérer de la charge de travail effectué. Il faut que la charge cumulative de votre entrainement se dissipe. Si vous autorisez ce processus de récupération, vous serez reposé et prêt à atteindre les objectifs que vous vous êtes fixés au début de votre saison d’entrainement.

Mais si un athlète arrête purement et simplement de s’entrainer, il va perdre sa forme physique. Au lieu de cela, vous voulez arriver à un niveau maximal de performance en combinant la récupération avec la poursuite d’exercices plus rapides et intenses afin de maintenir votre condition physique avant une compétition. Si cette période de récupération est bien menée, l’augmentation des performances est observée. Ce phénomène fait partie des “’effets différés d’entrainement” .

affutage 1
Un affutage bien mené aura de multiples impacts bénéfiques qui seront d’ordre :

  • Perceptif (évacuation de la fatigue mentale et gain de motivation)
  • Cellulaire ( augmentation du nombre de mitochondries)
  • Traumatique (régénération articulaire et musculaire)
  • Cardio vasculaire (augmentation du volume sanguin)
  • Métabolique ( hausse du niveau des réserves énergétiques)
  • Nerveux (gain de force)

Maintenant que vous disposez des éléments théoriques nécessaires à la compréhension du syndrome d’adaptabilité générale et son étroite relation avec l’affutage, vous êtes armé pour l’appliquer et avoir de meilleurs résultats. Il ne vous reste plus qu’à savoir comment l’utiliser au mieux et ainsi progresser sans relâche : l’affutage, comment l’utiliser ?

The Author

Staff FizzUp

Staff FizzUp

Composée de rédacteurs passionnés, la Team FizzUp a pour seul but de motiver la communauté par des articles instructifs et divertissants. L’esprit de collaboration est au centre de cette équipe que ce soit au travail ou à l’entrainement dans la FizzUp Box.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *